Archives pour mai 2008

Sichuan

30.jpg

Il est vingt heure dans mon salon
Et ton malheur me cogne à l’œil
Ta vie ne tient plus qu’en haillons

Ton existence tremble d’effroi
La flamme ne peut plus réchauffer
La froideur des spasmes qui te jettent au sol

Ta misère me sourit en coin
Ta détresse me saute au cœur
Et… je ne sais pas quoi faire

Je vois tes enfants malades
Leurs douleurs me regardent de travers
Dans le fond de tes grands yeux noirs

Et… je ne sais pas quoi faire.

 Ma culpabilité me dévisage
Dans le fond de tes grands yeux noirs
Et j’expectore ce cauchemar depuis mon canapé

La caméra accouche d’Horreurs
L’écran me présente l’agonie
Je la tiens au creux du regard

 Et… je ne sais pas quoi faire

De la souffrance cathodique
Des miettes de vie de loin en loin
Eventrent ma bonne conscience
Et… je ne sais pas quoi faire

Pour que mes frères qui souffrent sache
Que je pleure avec eux, que j’ai mal avec eux
Que je voudrais être avec eux

Qu’est-ce que j’ai fait pour eux?

Il est vingt heure trente dans mon salon…
Le silence raisonne, le silence hurle dans ma tête.


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
mai 2008
L Ma Me J V S D
« avr   août »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Histoires, contes, nouvelles |
DEMBELE MOUSSA |
Charles-Henri MARICEL-BALTUS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | amazonelibre
| Poèmes, citations, toutes m...
| Poèmes, muse